Inscription
Mode de passe perdu ?

Stratégies de Diplomatie

Présentation de l'italie


L'Italie est une Nation très délicate à jouer, de part sa position Sud centrale et son voisinage. La position n'offre que peu d'attraits. Le seul centre acquis sans difficulté pour l'Italien est TUN. Cependant, cette position n'est pas sans intérêt de défense :
- ION permet de contrôler toute approche par l'Est
- MED bloque de fait toute tentative immédiate d'invasion de la mediterrannée par la France
- ALP contrôle à la fois l'Allemagne et l'Autriche.

Ces points de fixation ne peuvent tous être occupés, et encore moins défendus. Le choix de l'axe de développement est donc essentiel pour l'Italie.


Les puissances alliées
L'autriche : une alliée de choix

J'ai pour ma part un principe absolu : l'Autriche doit être mon amie. C'est en effet la proie désignée de la Turquie et de la Russie, quelque alliance qu'ait réussi à mettre en place l'Archidic, elle finit régulièrement par être trahie par le front EST dès le premier belligérant éliminé.

En effet, l'Autriche est centrale : si elle élimine la Turquie avec le Russe, les troupes Russes massées en Turquie doivent faire un énorme chemin pour se désengager et devenir opérationnelles au Nord : au moins deux ou trois ans, ce qui est souvent trop long pour un Russe. Et l'Autriche est bien plus proche et tentante...

Si l'Autriche élimine la Russie avec le Turc, une guerre entre eux est inévitable, chacun ceinturant l'autre à l'étouffer.
Dans ces deux cas de figure, l'Autriche est une alliée peu embarrassante, qui couvre bien l'EST et il convient alors pour l'Italie de s'allier à l'Allemagne et à l'Angleterre pour assaillir la France à trois.


L'Allemagne et l'Angleterre

L'Allemagne et l'Angleterre sont très souvent intéressées pour annihiler la France, surtout si l'Allemand fait comprendre à l'Anglais qu'il a l'oreille de Moscou en Scandinavie et que ce front sera rude si ouvert, mais d'une tranquillité absolue si chacun a ses positions réservées.


Le développement de l'italie


A mon sens, le premier coup doit être porté par l'un de ses deux alliés (Allemagne ou Angleterre), permettant au Français de se rassurer sur la neutralité Italienne, et de dégarnir sa frontière Sud.

Et ainsi, l'Italie doit pouvoir prendre TOU avec une Armée grâce à l'Allemagne coupant le soutien de BOU. Une fois TOU prise, le reste suit sans difficulté aucune, TOU servant de point d'ancrage au développement en Mediterranée et à la prise successivement de ESP puis POR.

Et par la suite, si le front Autrichien est toujours stabilisé, remontée en direction d'ATL puis BRE et PAR etc, avec si possible immixion de l'Autriche par trahison de l'Allemagne, trahison à laquelle se joindra nécessairement l'Angleterre, qui y trouvera un réservoir de comptoirs qu'elle n'a pas en Mediterranée.

En revanche, si la Turquie et la Russie s'allient contre l'Autriche, le devoir de l'Italie est de lui venir en aide, en verrouillant les Flottes Turques et en montant en ALP pour soutenir VIE.

Car la mort de l'Autriche en début de partie est la pire chose à craindre pour l'Italie, qui sera incapable de résister à un assaut conjugué du Turc et du Russe, grossis des comptoirs Balkaniques hors de portée de l'Italien.



Muni de ces conseils, rappelons que la Diplomatie de l'italien est son arme la plus efficace, ce ne sera que lorsqu'elle disposera de 6 ou 7 comptoirs que son ascendance tactique pourra être mesurée, avant cela elle est essentiellement une force d'appui soit de l'Autriche ( ce qui limitera son expansion à TUN voire plus dans le cas d'un Lepante traité par ailleurs) soit de l'Allemagne et de l'Angletere ( ce qui offre de bien meilleurs débouchés ).

Nomercy


Pour nous contacter
Zoboton / Speanuts